Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Artistes

Youssoupha s'engage contre le surf pooling !

02 juin 2017 à 21h45 Par Géraldine Hammache

Le rappeur met en garde contre l'ouverture sauvage des bouches à incendie. Il a étroitement collaboré à un clip en collaboration avec Veolia.

Même si les français ne prennent pas de douche tous les jours, qand il fait trop chaud, en Ile-de-France, des habitants ont pris l'habitude d'ouvrir les bouches à incendie. Ce phénomène aussi appelé "pool surfing" consiste à transformer la rue en piscine géante avec ces bouches à incendie transformées en geyser. Le phénomène a une fois de plus été constaté il y a quelques jours lors de la dernière vague de chaleur. Le weekend dernier, plus de 400 bouches à incendie ont été ouvertes en région parisienne. En juillet 2015, il y en avait eu 500 en un mois.

Pour Véolia Eau d'Ile-de-France, cette pratique est dangereuse. Des centaines de milliers de mètres cubes d'eau potable sont perdues à cause de ces ouvertures intempestives. En cas d'incendie, ces bouches à incendie ne sont plus utilisables. Il y a aussi des dangers d'inondations de rues, de parkings et de caves. Des accidents sont possibles à cause de la forte pression de l'eau qui peut former un geyser de près de six mètres de haut.

Pour que cela cesse, Véolia a fait réaliser un clip avec le rappeur Youssoupha et le basketteur Mam Jaiteh. Ce clip intitulé "La bouche c'est la vie" a été réalisé par Vincent Lorca avec le concours de la mairie d'Aubervilliers et les pompiers de Paris. Il met en scène les dangers des ouvertures de ces bouches à incendie. C’est la première fois que Youssoupha prête son image pour ce type de campagne. Il a accepté d‘y participer parce que c’est une thématique qui parle dans le bon sens aux quartiers. Le message n’est pas répressif mais plutôt pédagogique.

A noter, Youssoupha a participé à l’écriture du clip. Veolia lui avait proposé un texte mais il le trouvait trop institutionnel. Il ne voulait pas d’un message trop froid. Il a donc préféré faire appel à sa propre sensibilité, ses propres phrases et ses punchlines.Youssoupha reconnaît d’ailleurs qu’il a lui même pratiqué le street pooling quand il était plus jeune dans son quartier à Cergy puis à Sartrouville. Avec le recul, il explique qu’il ne maitrisait pas les conséquences.

Le clip sera diffusé sur les réseaux sociaux, YouTube et Facebook en particulier, via notamment les réseaux de fans de Youssoupha et Mam Jaiteh, mais aussi par les mairies qui le souhaiteront, sur le territoire du Syndicat des Eaux d’Ile-de-France.

Bertrand LOPPIN