Insolite

Une esthéticienne appelle la police pour une épilation du maillot qui vire au fiasco !

13 août 2019 à 19h00 Par A.L.
Crédit photo : PxHere

Une esthéticienne parisienne a appelé la police, ce samedi 9 août, car une de ses clientes s'offusquait de son épilation du maillot.

La police ne s'attendait sûrement pas à cet appel plutôt hors du commun lorsqu'ils ont entendu le téléphone sonner dans ce commissariat du 15 ème arrondissement de la capitale, ce samedi 9 août dernier. En cause ? Une gérante d'institut de beauté qui se trouvait "en pleine détresse" à la suite d'un litige d'ordre pileux avec une cliente. En effet, la patronne du salon Beauty Mademoiselle, rue Mademoiselle, dans le quartier Cambronne à Paris, a dû contacter les forces de l'ordre après qu'une jeune cliente de 22 ans ait crié au scandale suite à son épilation du maillot. 

La cliente se plaint de rougeurs

L'incident a débuté lorsque la jeune femme est entrée dans l'institut afin de demander une épilation intégrale du maillot. Malheureusement, l'esthéticienne lui a vite déconseillé cette prestation au vu de ses "poils très courts", comme l'a rapporté une source proche du dossier au journal Le Parisien. Pourtant, malgré les conseils avisés de la professionnelle, la cliente aurait insisté. La gérante s'est donc exécutée et a réalisé le souhait de la jeune femme pour un résultat conforme à ses inquiétudes. "La cliente a été prise de rougeurs dans ses parties intimes", poursuit cette même source. Voyant cela, la cliente a alors demandé, non sans énervement, une réduction de 40 euros sur la prestation. La gérante a refusé et n'a rien trouvé de mieux que d'appeler la police pour que les agents constatent par eux-même le travail effectué.

"Chef, on fait quoi ?"

Une fois arrivés sur place, les trois fonctionnaires missionés sont restés bouche bée. "Chef, on fait quoi ?", a alors demandé l'un des gardiens de la paix complètement consterné, selon Le Parisien"N'ayant aucun personnel féminin, la constatation ne s'effectuera pas", a répondu son supérieur. Décidée à ne pas en rester là, la cliente qui a été obligée de payer l'intégralité de la prestation, a souhaité emporter ce différend commercial...au tribunal d'instance de Paris. La suite au prochain épisode !