Artistes

Un prof de maths fait le buzz en rappant ses cours sur du PNL (vidéo)

20 septembre 2019 à 10h00 Par A.L.
Le prof a réussi à accumuler plus de 2,5 millions de vues sur l'une de ses vidéos sur YouTube.
Crédit photo : PNL

Great Teacher Issaba, de son vrai nom Radouane Abbassi, a eu une idée révolutionnaire pour capter l'attention de ses élèves. Ce prof de mathématiques qui enseigne à Epinay, en Seine-Saint-Denis, utilise le rap comme prétexte pour expliquer ses cours.

Compas, statistiques,  Pythagore... Vos cours de mathématiques à l'école sont synonymes de mauvais souvenirs ? Ça, c'est parce que vous n'aviez pas Radouane Abbassi, plus connu sur YouTube sous le nom de Great Teacher Issaba, comme professeur. Ce dernier a une astuce infaillible pour réussir à interesser les élèves et leurs expliquer les calculs d’une manière claire. En effet, il rappe des leçons de calculs et géométrie en reprenant le célèbre duo PNL, mais aussi Rhoff ou Kaaris. "Si aujourd’hui je prends le cromi (micro) c’est pas pour faire le croma (maquereau)/C’est qu’c’est l’moment de parler de probas/Même sur du Jul, j’parle de maths, c’est trop, gars", peut-on entendre dans l'une de ses vidéos publiées sur la plateforme.

Tout débute en juin 2017 lorsque le jeune homme de 32 ans publie un premier clip sur les réseaux sociaux, baptisé Pythagore. Voyant que le succès était franchement au rendez-vous, le prof de maths enchaîne avec une série de vidéos où il rappe ses cours de maths en utilisant les productions de rappeurs français très connus afin de rendre ses séquences beaucoup plus attrayantes pour les élèves.

Invité sur le plateau de Clique, diffusé sur Canal + et présenté par Mouloud Achour, Great Teacher Issaba est revenu sur une leçon de probabilités expliqué grâce à une musique de PNL.

Si aujourd'hui l'enseignant originaire de Montreuil, qui donne des cours à Epinay en Seine-Saint-Denis, enregistre des centaines de milliers de visionnages sur YouTube (son texte sur Pytaghore a dépassé les 2,5 millions de vues), ce n'est pas pour rien. En effet, il s'applique à reprendre tous les codes traditionnels du rap à l'instar du phrasé, de l'autotune, de la gestuelle et même du décor des barres d'immeubles. Le prof/rappeur précise néanmoins au journal Le Figaro que sa pédagogie n’est "pas basée" sur le rap. "C’est un outil supplémentaire. Si ça aide 2% des élèves, tant mieux». «Ces morceaux c’est plus pour des révisions, du réinvestissement". Quoiqu'il en soit, l'idée reste géniale.