Info locale

Un "fan village" à Paris pour la coupe du monde féminine

20 mai 2019 à 11h29 Par Mikaël Livret
Crédit photo : Common Wikimédia

L’évènement a lieu en France. À 18 jours du début de la Coupe du monde féminine de football, la ville de Paris annonce qu’elle ouvrira un village à Châtelet pour les fans durant un mois.

« Un lieu festif et familial ». C’est l’ambition de la mairie de Paris pour ce lieu installé sous la canopée des Halles, en plein centre de Paris, et sur le parvis. Ce sera « the place to be » pour suivre l’épopée des Bleues lors de cette coupe du monde de Football, entre le 7 juin et le 7 juillet, d’autant que c’est à la maison. La ville de Paris a donc décidé de créer un « village fan expérience », qui sera ouvert tous les jours de match, de 14 heures à 23h30, aux Halles, en plein cœur de la capitale.

Deux pôles seront dédiés au football féminin : l’un situé sous la Canopée, l’autre sur le parvis. « On sent qu’il y a un réel engouement autour de la compétition (...) On souhaitait trouver un site capable de rassembler un grand nombre de personnes et qui est aussi un lieu de passage, de façon à sensibiliser les visiteurs sur le sujet du football féminin », explique Jean-François Martins, l’adjoint chargé des sports à la mairie de Paris, dans le journal Le Parisien.

Pas d’écran géant

Des animations « ludiques, culturelles et sportives » (baby-foot, ping-pong, activités sportives...) seront au programme pendant ce mois de compétition. Un terrain de football cinq contre cinq permettra d’organiser des tournois, de foot féminin, mais aussi de cécifoot. Un grand tournoi d’e-sport féminin est également prévu. Un vaste espace détente, avec des chaises longues, sera aussi installé.

Pas d’écran géant sur le Champs de Mars en revanche, comme ce fut le cas en 2016 lors de l’Euro messieurs. Cette fois, ce sont plusieurs écrans qui permettront de regarder les rencontres. « On est davantage dans l’esprit village, avec un concept de personnes qui circuleront et s’arrêteront où elles le souhaitent », poursuit l’élu dans le quotidien.