Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Info locale

Reconfinement : beaucoup de monde dans les magasins et sur les routes d’Île-de-France

29 octobre 2020 à 16h15 Par Maud Tambellini
Un trafic aussi dense est inhabituel en région parisienne, constaté davantage en cas de grève de transports ou de neige.
Crédit photo : Sytadin

Des niveaux d’embouteillage exceptionnellement élevés ont été relevés mercredi soir et de nouveau ce jeudi en Île-de-France ; alors que le chef de l’État a annoncé un reconfinement du pays.

Vous avez sûrement dû remarquer plus de monde que d’habitude ce mercredi et ce jeudi sur les routes en Île-de-France. Mercredi soir déjà, selon les données du site Sytadin, on a relevé un pic de 435 kilomètres de bouchon dans la région à 18h10.

Pour ce jeudi 29 octobre, à 15h, la barre des 400 kilomètres de ralentissement était déjà franchie. Et nous écrivons cet article avant même le pic de trafic du soir au moment de la sortie du travail.

Alors où vont tous ces Franciliens ? Plusieurs hypothèses sont avancées. Concernant la soirée de mercredi notamment, certains habitants ont pu se dépêcher pour rentrer avant 20h et voir l’allocution d’Emmanuel Macron. Le chef de l’État a annoncé un reconfinement total du pays jusqu’au 1erdécembre au moins, à partir de ce soir minuit.

C’est une annonce qui était néanmoins attendue. La deuxième hypothèse pouvant expliquer ce trafic routier exceptionnel est donc une anticipation de certains de pouvoir regagner ou quitter la région avant que cela ne soit plus possible ; notamment en cette fin de vacances scolaires de la Toussaint. Le site de la SNCF a par exemple été saturé dès la fin de l'allocution d'Emmanuel Macron.

Une troisième hypothèse, que semble confirmer les réseaux sociaux, est une ruée dans les magasins des Franciliens ; que ce soit dans les enseignes qui s’apprêtent à fermer mais aussi les grandes surfaces.

 

Lors du premier confinement, les clients s’étaient rués sur le papier toilette, la farine et les pâtes, créant des ruptures de stock par endroit.