Perte d’envie au boulot ? Vous souffrez peut-être de brown-out

13 décembre 2018 à 10h16 par Maud Tambellini

On connaissait déjà le concept de burn-out lorsque des salariés s'épuisent au travail au point d'en faire une dépression. Mais petit à petit, on parle aussi de brown-out. Ou quand on perde de vue le sens de notre travail.

SWIGG
Crédit: Pixabay

Vous ne croulez pas sous les heures supp sans pour autant vous ennuyer au travail. Et pourtant vous trainez des pieds le matin en vous rendant au boulot.

Ce n’est pas tant que vous n’aimez pas ce que vous faites, c’est surtout que vous n’en voyez pas l’utilité.

C’est ce qu’on appelle le brown-out. Le concept est apparu pour la première fois au début des années 2010 ; notamment aux Etats-Unis en 2013 dans une tribune de l’anthropologue David Graeber intitulée « Du phénomène des jobs à la con ».

Car en effet le concept serait lié au développement d’emplois dans la communication et les nouvelles technologies, que certains jugent parfois comme inutiles.

Par exemple vous pouvez devenir coach bien-être dans une grande entreprise mais si personne ne vient vous voir, vous allez vous sentir inutile. Tout ce qui tient des ressources humaines aussi peut être compliqué lorsque vous sentez qu’au final vous n’avez pas vraiment d’impact sur les conflits à l’intérieur de votre entreprise.

Bien souvent les personnes souffrant de brown-out finissent par démissionner ou demandent à entamer une reconversion professionnelle.

I