« On m’a humilié publiquement » : Moha la Squale prend la parole face aux accusations de violence (vidéo)

SWIGG
Moha La Squale en pleine tourmente.
Crédit: Capture d'écran YouTube

30 avril 2021 à 14h55 par A.L.

Visé par des plaintes pour violences, séquestrations et agression sexuelle de plusieurs anciennes petites amies, Moha La Squale vient de sortir du silence et dénonce un "complot" pour lui nuire.

En septembre dernier, le parquet de Paris ouvrait une enquête autour de Moha La Squale pour violences, agressions sexuelles et séquestrations à la suite de plaintes de trois jeunes femmes contre l'artiste.

Ces dernières répondant aux noms d'emprunt de Luna, Ana et Andrea, avaient alors détaillé leur relation passée avec Mohamed Bellahmed de son vrai nom au journal Le Mondeaccusant le rappeur d'insultes, de menaces, mais aussi de violences. L'une d'elle avait même affirmé aux enquêteurs avoir été étouffée avec un oreiller - jusqu'à l'agression sexuelle.

Moha La Squale nie en bloc

Plusieurs mois après ces graves accusations, Moha La Squale sort enfin du silence. Le rappeur a en effet posté ce mardi 27 avril une série de vidéos sur les réseaux sociaux qui, selon lui, affirment que toutes ces histoires ne sont que des mensonges montés de toute pièce

"Voilà la réalité des choses, heureusement que cette fois là l’embrouille était filmée. Le calvaire qu’on m’a fait subir. On m’a humilié publiquement devant ma famille et vous. On s'est acharné sur nous durant des mois, des mois de patience où ils n'ont eu de cesse à mentir à mon sujet. Je n’ai jamais au grand JAMAIS levée la main sur une femme. Ce complot a était (sic) perpétué pour me nuire", déclare-t-il, avant de dévoiler une séquence intrigante montrant un échange houleux.

Sur les images en question, on peut l'entendre traiter son ex petite amie de "menteuse" alors qu'elle est en train d'appeler ses parents en pleurs tout en accusant le rappeur de l'avoir frappée. "Tu m'inventes des vies", lâche-t-il dans la vidéo. "Heureusement que je filme", continue-t-il.

Dans un énième message, le rappeur affirme même que la jeune femme est "sociopathe et psychologiquement hystérique". "C’est une infime partie de ses mensonges et de ce que j’ai pu vivre. À chacune son tour, tout dépendra de l’évolution des choses", écrit-il. 

De leur côté, les plaignantes déplorent une démarche choquante de la part du rappeur.

Pour rappel, le tribunal judiciaire de Paris vient de condamner Moha La Squale à six mois de prison ferme à domicile, sous bracelet électronique suite à un refus d'obtempérer, outrage et rébellion après avoir tenté de prendre la fuite suite à un contrôle routier dans le XVIIIe arrondissement de Paris en juin 2020.

I