Artistes

Ninho : le métier qu'il rêvait de faire enfant n'a rien à voir avec le rap ! (Vidéo)

19 avril 2019 à 11h00 Par Aurélie AMCN
Crédit photo : Ninho

Avant de vouloir se lancer dans le rap, Ninho avait un tout autre rêve d’enfant. Il raconte.

Le 22 mars dernier, Ninho a dévoilé un nouvel album intitulé Destin. Un opus sur lequel on retrouve sa collaboration avec Niska sur le titre Maman ne le sait pas, ou encore Goutte d’eau et Paris, c’est magique et qui, en l’espace d’une semaine, a décroché un disque d’Or avec plus de 50 000 exemplaires vendus. Des chiffres qui donnent le tournis, on vous l’accorde. Le rappeur est donc venu parler de ce nouveau succès sur le plateau de l’émission Légendes urbaines de Juliette Fievet sur la chaîne RFI. Face à la journaliste, le jeune homme de 23 ans s’est aussi laissé aller à quelques confessions (vidéo ci-dessous). 

« Si tu n’avais pas fait de musique, tu aurais fait quoi ? », lui demande-t-elle, alors qu’il vient de faire une métaphore de sa carrière en évoquant le métier le boulanger. Une question banale, à laquelle Ninho semble d’abord avoir quelques difficultés à répondre, comme si, pour lui, le rap était une évidence. Mais rapidement, il se souvient : « Je voulais devenir footballeur. Au début, c’était que le foot. Je n’écoutais même pas de musique quand j’étais petit. C’est après, mon cousin m’a fait écouter les cassettes, c’est de là que j’ai commencé à écouter un peu de rap, y’avait un peu de rumba chez moi, mais je ne kiffais pas. Moi, j’étais concentré sur le foot ». Son seul but, à l’époque ? « Descendre en bas, aller taper le ballon et devenir quelqu’un. J’étais fan de Ronaldinho ». 

Toutefois, le petit Ninho, que l’on surnommait encore William Nzobazola, abandonne sa première passion en arrivant au collège : « A un moment, j’ai laissé tomber. Une fois que tu traînes, que tu grandis, que tu peux sortir tout seul, que tu commences à avoir 12-13 ans, tu peux aller là-bas et là-bas. T’arrives au collège et y’a les 3ème qui sont déjà dans un autre délire. Tu te dis : ‘’vas-y, j’vais même pas faire de foot !’’ Laisse tomber, les entraînements ! J’commençais à même plus y aller ».