Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Artistes

Koba LaD déprogrammé de plusieurs festivals après des propos jugés homophobes !

19 février 2020 à 10h28 Par Armelle R
Le rappeur a été déprogrammé de 2 festivals : VYV Festival et Main Square Festival
Crédit photo : Clip "La C" - Koba LaD

Accusé d'homophobie suite à une story sur Snapchat, deux festivals ont décidé de déprogrammer le rappeur.

Koba LaD est au centre d’une polémique depuis quelques jours suite à des propos jugés homophobes dans une de ses stories Snapchat. Résultat, le rappeur a été déprogrammé ce mardi de 2 festivals : VYV Festival et Main Square Festival.

Le VYV Festival justifie sa décision de le supprimer de la programmation pour l’événement du 13 juin à Dijon : « Maladresse ou conviction, il en va de la responsabilité d’un artiste populaire, quels que soient son âge et ses positions de na pas susciter par son comportement la haine à l’égard de l’autre. »

Le Main Square Festival, qui a lieu à Arras en juillet, a pris la même décision en déclarant : « Le Main Square Festival est un espace de partage, de tolérance et de bienveillance, valeurs qui font partie de l’ADN du festival et de son territoire. Les idées qui ont été véhiculées n’ont pas leur place dans la Citadelle »

Une story Snapchat a l'origine des accusations d'homophobie

L’histoire à l’origine de ces annulations est une story de Koba LaD publié il y a quelques jours. Il avait diffusé un article parlant d’un père qui avait préféré tuer son fils plutôt que d’avoir un enfant homosexuel avec des émojis « bravo ».

Face aux réactions choquées des internautes, le rappeur de 19 ans avait tenté des excuses en publiant une nouvelle story avec comme mots « J'suis pas homophobe, essayez pas de me coller cette étiquette. Dieu pour tous. Je cautionne pas le screen qui tourne ». 

Mais dans une vidéo, la polémique était repartie de plus belle car le rappeur tentait de s’expliquer avec une phrase maladroite : « Je ne cautionne ni le meurtre, ni l'enfant gay ». Il a précisé qu’il était l’emprise de drogue au moment de la publication. Des justifications qui n’ont pas convaincu, voire qui ont fait empirer les choses.

Dans un ultime message lundi, Koba LaD a tenté d’éteindre la polémique en vain : « Je ne cautionne pas le meurtre et je suis contre l'homophobie. On m'avait envoyé l'image d'un homme qui a tué son fils parce qu'il était gay. J'étais choqué parce que c'est une dinguerie, c'est pour ça que j'ai reposté. J'ai fait ça en quelques secondes sur mon téléphone, je n'ai pas capté le 'bien joué' en bas. C'est ma faute, j'aurais dû mieux voir. ».

Trop tard, les organisateurs de festivals préfèrent se séparer de Koba LaD. Mieux vaut tourner son pouce 7 fois avant de publier une story.