Artistes

Critiqué par un célèbre chanteur de variété française, Booba passe à l'attaque

17 septembre 2019 à 09h55 Par A.L.
Booba a mis en avant les textes violents d'un célèbre chanteur français.
Crédit photo : Booba

Il ne se passe pas une semaine sans que Booba ne fasse parler de lui avec un clash. Le dernier en date ? Le Duc de Boulogne, qui n'a pas apprécié les critiques d'un chanteur sur un plateau de télévision, vient de l'attaquer à son tour sur Instagram.

Si Booba vient de dévoiler l’un des clips les plus attendus de cette rentrée, celui du morceau Glaive dont le tournage, le 20 août dernier, a fait la Une des médias à cause d'une fusillade, le Duc de Boulogne continue de faire parler de lui avec des clashs en tout genre. Souvenez-vous. Il y a une dizaine de jours, le rappeur se faisait remarquer par ses attaques contre Kalash et ses propos contre l’ex-femme de son ennemi ainsi que sur sa "manageuse en carton" et compagne actuelle. Aujourd'hui, sa nouvelle cible est très inhabituelle. Et pour cause... Il s'agit du chanteur de variété française, Michel Sardou. Invité le 8 septembre dernier sur le plateau de 20h30 le dimanche, sur France 2, le chanteur de 72 ans a été invité par Laurent Delahousse à donner son avis sur le rap. Si Michel Sardou a admis respecter la rythmique de cette musique, il a tout de même précisé : "Je n'aime pas le rap violent, agressif. Je n'aime pas le rap qui en veut à quelqu'un". Une critique sûrement destinée à Booba et Kaaris, les deux rappeurs qui ne cessent d'être en guerre aux yeux de tous. Très vite, Booba est bien entendu monté au créneau sur Instagram pour répliquer.

Booba attaque Michel Sardou

Très vite, le rappeur du 92 a tenu à prouver, via des stories publiées sur Instagram, que Michel Sardou avait lui aussi par le passé, tenu des propos violents dans ses chansons. Pour cela, Booba a ressorti les paroles d'une chanson très politique de Michel Sardou, Je suis pour. Dans cet extrait, le chanteur de variété chante : "Tu as volé mon enfant / Versé le sang de mon sang / Aucun dieu ne m'apaisera / J'aurai ta peau / Tu périras / Tu m'as retiré du cœur, et la pitié et la peur / Tu n'auras plus besoin d'avocat / J'aurai ta peau, tu périras / Tu as tué l'enfant d'un amour, je veux ta mort / Je suis pour". Cette chanson qui évoque la haine d'un père pour l'homme qui a tué son enfant et qui réclame la peine de mort pour ce meurtrier, avait fait polémique en pleine affaire Patrick Henry. Michel Sardou va-t-il à son tour surenchérir ? Affaire à suivre...