Covid-19 : le virus provoquerait des érections de plusieurs heures chez certains malades

SWIGG
Photo d'illustration
Crédit: Pixabay

10 mars 2021 à 14h13 par A.L.

Deux hommes ont été victimes d'une érection de plusieurs heures en France et aux Etats-Unis. Un symptôme gênant qui serait l'une des conséquences de la Covid-19.

L'érection sans fin, un effet secondaire du coronavirus ? Celui que l'on appelle le priapisme dans le domaine médical est tout simplement une longue érection de plusieurs heures sans lien avec une simulation sexuelle. Et malheureusement, il se pourrait que ce trouble gênant soit l'un des effets secondaires de la Covid-19. En effet, une étude de l'American journal of emergency medicine s'est penchée sur les cas de deux hommes victimes d'une érection de plusieurs heures en France et aux Etats-Unis en raison du coronavirus.

Trois à quatre heures d'érection

Ces deux patients, l'un âgé de  69 ans et hospitalisé à Miami aux Etats-Unis, et l'autre, un Français âgé de 62 ans, ont été victimes de cette fameuse érection prolongée alors qu'ils étaient en réanimation pour une Covid-19 qualifié de "sévère".

Le patient américain, qui souffrait d'obésité, a dû être placé sur le ventre pour faciliter la respiration. Quand les infirmiers l'ont retourné plusieurs heures après, ils ont constaté qu'il avait avait une érection. Le corps médical a alors placé des blocs de glace sur la zone et a drainé le sang présent dans le pénis avec une aiguille. Malgré tout, son érection a duré trois heures. L'homme est finalement décédé en soins intensifs.

De son côté, le séxagénaire français présentait des caillots de sang dans le pénis qui provoquaient le blocage des veines et des artères de l'organe, en raison d'une érection de quatre heures. Traité avec un anticoagulant, il a été extubé après 14 jours de ventilation mécanique et n'a eu aucune récidive durant son séjour à l'hôpital.

Des complications thromboemboliques

Selon l'étude, "ces érections sont dues à des complications thromboemboliques, peu fréquentes chez les patients atteints de coronavirus". Une seconde étude a déjà révélé que 29,4% des 3000 observés souffraient de thrombose. "Cette urgence médicale doit être reconnue par les professionnels de santé et traitée rapidement pour éviter les complications fonctionnelles immédiates et chronique", indique la première analyse.

I