Artistes

Bagarre Booba / Kaaris à Orly : les parties civiles réclament 800 000 €

28 novembre 2019 à 20h00 Par Bertrand Loppin
Dernier passage au tribunal pour Booba et Kaaris pour solde de tout compte
Crédit photo : Booba / Karis

Après avoir été condamné pénalement, Booba et Kaaris doivent réponde des préjudices subis par les parties civiles suite à la bagarre qui avait éclaté à Orly. Dans cette affaire, une audience en intérêt civil vient de se dérouler. La facture risque d'être salée...

Le 1er août 2018, une bagarre éclatait dans un des halls de l’aéroport d’Orly. Elle opposait les clans de Kaaris et de Booba. Il n’y aura que des blessés légers mais pas mal de dégâts matériels et des images qui feront le tour du monde. Pour ce coup d’éclat, Booba et Kaaris ont écopé d’une condamnation au pénal. Ils écoperont respectivement de 18 mois de prison avec suris et 50 000 € d’amende. Pour autant, les deux rappeurs n’en ont pas terminé avec la justice. Ils étaient convoqués ce jeudi devant le tribunal de Créteil pour une audience en intérêt civil.

Concrètement, l’objet de cette audience consitait à entendre les parties civiles afin de statuer sur leurs demandes d'indemnisation pour les préjudices subis au cours de cette bagarre. Si leurs avocats respectifs étaient présents, Booba et Kaaris n’ont pas assisté à l’audience. En revanche, on pouvait croiser sur le banc des parties civiles des représentants des commerces endommagés lors de la bagarre ainsi que ceux d’Aéroports de Paris et de la société d’exploitation des commerces de l’aéroport d'Orly. 

Tous on fait leur compte. Au total, l’indemnisation de leurs préjudices s’élève à 800 000 €. La plus grande partie des frais est revendiquée par le duty free où l’essentiel de la bagarre s’est déroulée. Préjudice matériel, mais aussi perte de chiffre d’affaire, a lui seul, cette boutique réclame pas moins de 700 000 €. La décision du tribunal a été mise en délibéré. Elle sera rendue avant Noël. De leur cote, les avocats de Booba et de Kaaris ont fait savoir que la note sera réglée personnellement par les deux rappeurs, une bonne nouvelle pour leurs entourages respectifs simpliqués dans la rixe.