Artistes

ASAP Rocky reste toujours en prison et sera jugé pour violences

25 juillet 2019 à 20h18 Par Bertrand Loppin
Crédit photo : ASAP Rocky

La justice suédoise a décidé de poursuivre ASAP Rocky pour violences. Son procès se déroulera le 30 juillet. En attendant, son maintien en détention est prolongé.

Malgré l’intervention de Donald Trump, malgré une pétition signée par des milliers de personnes, malgré le soutien de nombreux artistes américains, la justice suédoise reste inflexible. La situation d’ASAP Rocky commence même à prendre une très mauvaise tournure. Petit rappel des faits : le 3 juillet dernier, ASAP Rocky était placé en garde à vue avec trois  autres personnes suite à une bagarre qui s’était déroulée le 30 juin avec un fan dans les rues de Stockholm. A l’issue de cette garde à vue, la justice suédoise a décidé de le placer en détention provisoire afin d’éviter qu’il ne prenne la fuite et pour se donner le temps de faire la lumière sur cette affaire.

Aujourd’hui, le procureur chargé d’instruire de dossier vient de rendre ses conclusions. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il a opté pour la décision la moins favorable à ASAP Rochy. Ce dernier a choisi de mettre en accusation ASAP Rocky et deux autres personnes pour violences. Concrètement, il ne retient pas l’argument de la légitime défense invoquée par ASAP Rocky et son avocat. Il considère qu’il a commis une agression et qu’il doit réponde d’un délit. Pour ce délit, Asap Rocky encourt une peine de deux ans de prison.

En conséquence, il renvoie ASAP Rocky devant un tribunal pour qu’il soit jugé. La date du procès a été fixée au 30 juillet. Les audiences se dérouleront durant trois jours. En attendant ce procès, ASAP Rocky est mainetenu en détention. Au cours d’une conférence de presse, son avocat a expliqué qu’il était extrêmement déçu par cette décision mais qu’il s’y était préparé. Il a également réaffirmé qu’ASAP Rocky était innocent. Enfin, il soutient toujours que son client n’a fait que réagir en situation de légitime défense face aux provocations de personnes qui le harcelaient et le suivaient.