A partir de 27 ans, vous risquez « une paralysie musicale »

28 juin 2018 à 7h07 par Bertrand Loppin

Une étude vient de se pencher sur nos habitudes d'écoute musicale. Elle vient de déceler qu'en moyenne notre curiosité musicale s'estompe à partir de l'âge de 27 ans, un phénomène qui s'explique par de nombreux facteurs inhérents à notre mode de vie.

SWIGG
Crédit: Pixabay

Vous ne le saviez peut être pas, mais vous pouvez être sujet au syndrome de la paralysie musicale. Que ce cache-t-il derrière ces mots ? Cette expression est utilisée pour désigner l’arrêt de l’évolution de nos gouts musicaux. Ce syndrome se manifeste par un ralentissement voir un arrêt de l‘envie de faire des découvertes musicales. Ainsi, on se contente des titres musicaux qu’on connaît déjà et on se cantonne à un style de musique en particulier 

Commandée par une plateforme d’écoute en streaming, une étude vient d’être menée pour en savoir plus sur ce phénomène. Un échantillon de 5000 personnes vivant en France, en Angleterre, en Allemagne, aux Etats-Unis et au Brésil a été interrogé. Il en ressort que l’évolution des goûts musicaux des français s’arrête à 27 ans et trois mois. Les français sont les plus précoces. Le phénomène touche les allemands à 31 ans et les anglais à 30 ans et six mois.

Comment expliquer l’arrivée de ce manque d’entrain pour découvrir de nouveaux artistes et de nouveaux styles ? L’étude s’est aussi penchée sur cette question. Pour 25% des personnes interrogée, leur esprit est mobilisé par d’autres priorités, notamment, le fait d’avoir un emploi prenant. 14% invoquent aussi le fait d’avoir un enfant. A noter, 18% explique leur manque de curiosité musicale par le fait qu’ils bénéficient d’un choix de productions top larges. Trop de diversité tuerait donc la diversité… A noter, il semblerait que les victimes du syndrome de la paralysie musicale culpabilisent. 54% déclarent qu’ils aimeraient pouvoir consacrer plus de temps à la découverte de nouveautés. Quatre sur dix affirment qu'à l'avenir, ils passeront de plus longues heures à s'intéresser à des artistes inconnus. Tout espoir n’est donc pas perdu…