Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info générale

Un sit-in pour dénoncer les violences sexuelles au Maroc !

24 août 2017 à 14h36 Par Maud Tambellini

Plusieurs rassemblements ont eu lieu dans le pays après la violente agression d’une jeune femme souffrant de troubles mentaux dans un bus de Casablanca.

Une scène filmée

Le fait divers aurait pu passer inaperçu au Maroc s’il n’avait pas été filmé. Et c’est justement la diffusion massive de la scène sur les réseaux sociaux entre dimanche et lundi qui a suscité une vague d’indignation dans le pays et permis l’arrestation de six adolescents.

Sur les images on peut voir la victime en pleurs dans un bus de Casablanca entourée de garçons qui lui touchent les parties intimes et essaient de la déshabiller. Malgré la scène, personne ne bouge et le bus continue de rouler.

La jeune femme âgée de 26 ans souffre de troubles mentaux et est portée disparue depuis le mois de mai dernier dans le pays après avoir fui son foyer.

Deux Marocaines sur trois victimes de violence

Pour dénoncer les violences dont sont l’objet les femmes dans le pays, plusieurs rassemblements ont eu lieu cette semaine à Casablanca mais aussi dans la capitale Rabat. Il faut dire que selon les chiffres des autorités, près de deux Marocaines sur trois ont été victimes de violence. Les lieux publics étant les endroits les plus propices à genre d’agissement.

Il faut dire que dans la loi marocaine, le harcèlement des femmes est condamné au travail mais pas dans les espaces publics. Salah El Ouadie, président du mouvement Damir a du coup appelé les autorités à ne plus fermer les yeux, d’autant que début août, une autre vidéo avait aussi beaucoup fait parler. Elle montrait un groupe traquer une jeune fille qui marchait seule dans les rues de Tanger.

A noter que le Maroc n’est pas le seul pays à être confronté aux violences faites aux femmes. En France dans une moindre mesure, alors qu’une femme sur deux a peur dans les transports en commun, le gouvernement réfléchit à des amendes contre le harcèlement de rue.