Commerçants, artisans, entrepreneurs, On est là pour vous → communiquez local - en savoir plus
Info locale

Tirs de mortier dans le RER : deux jeunes arrêtés en Seine-Saint-Denis

19 novembre 2020 à 14h15 Par Lucas Pierre
Les enquêteurs ont retrouvé la trace des jeunes grâce à une vidéo publiée sur les réseaux sociaux.
Crédit photo : Common Wikimedia

Deux personnes, dont l’une est mineure, ont été interpellées mercredi matin dans le cadre d’une enquête autour d’une bande de jeunes qui avait effrayé toute une rame de RER en circulation cet été après avoir tiré des fusées et des mortiers d’artifice.

Au moment des faits, la scène provoque un immense vent de panique dans la rame de ce RER en circulation. Cet été, plusieurs jeunes tirent des fusées et des mortiers d’artifice dans un RER. Ils filment la scène et postent la vidéo sur les réseaux sociaux, le 22 juillet. Chargés de l’enquête, les policiers de la brigade des réseaux ferroviaires de la Direction de la sécurité de proximité de l’agglomération parisienne ont réussi à retrouver la piste des auteurs des faits. Tout ça, grâce à cette fameuse vidéo publiée sur les réseaux sociaux.

Comment s’est déroulée l’enquête ?

D’abord, l’identification exacte de la date à laquelle ces jeunes ont tiré les fusées et les mortiers d’artifice dans la rame du RER. Les autorités, grâce aux images de vidéo protection de la SNCF, ont pu déterminer que les auteurs des faits se sont exécutés trois jours avant la publication de la vidéo, soit le 19 juillet dernier.

Ensuite, déterminer le lieu de résidence, précis ou pas, de la bande de jeunes. L’un d’eux indique, à plusieurs reprises dans la vidéo, venir de La Courneuve. Les enquêteurs remettent donc des captures d’écrans aux autorités de cette ville de Seine-Saint-Denis. Les policiers réussissent à identifier certains jeunes, ceux-ci étant déjà connus des services de police. Deux des protagonistes, dont un mineur, sont ensuite interpellés mercredi matin puis placés en garde à vue.

Plusieurs sanctions pour les deux interpellés

Ils reconnaissent leur participation mais pas dans les tirs de fusées et de mortiers d’artifice. Sorti de garde à vue, le plus âgé des deux interpellés écope d’une convocation pour rappel à la loi devant le délégué de la procureure de Bobigny avec stage de citoyenneté. Le mineur, lui, subit une convocation pour une mesure de réparation pénale. Les autorités indiquent continuer leur enquête afin de trouver les autres auteurs des faits.