Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Artistes

Tidal : Jay Z, Beyonce et Kanye West accusés de tricherie

11 mai 2018 à 15h22 Par Bertrand Loppin
Crédit photo : Comons Wikimedia

Jay Z, Beyonce et Kanye West se retrouvent au centre d’un énorme polémique. La plateforme de streaming Tidal, appartenant de Jay-Z, est accusée d'avoir manipulé le nombre d'écoutes en streaming des derniers albums de Beyoncé et Kanye West.

Il y aurait des artistes qui trafiqueraient les chiffres d’écoute en streaming de leurs productions... Si la polémique a déjà éclaté en France après plusieurs déclarations de Maitre Gims sur le sujet, elle connait un nouveau souffle avec les révélations qui viennent de tomber au sujet de trois poids lourds de l’industrie musicale : Jay Z, Beyonce et Kanye West.

En effet, Beyone et Kanye West on sorti leur dernier album en exclusivité sur la plateforme d’écoute en streaming Tidal appartenant à Jay Z. Selon, les chiffres qui ont été publiés, l’album de Beyonce, « Lemonade », a totalisé 306 millions d’écoute en stream en 15 jours, et celui de Kanye West « The Life of Pablo », 250 millions d’écoute en stream en 10 jours. Or ces chiffres seraient artificiellement gonflés. C‘est le journal économique norvégien Dagens Naeringsliv qui a révélé cette information.

Selon l’enquête menée par ce journal, 320 millions d’écoutes frauduleuse ont été recensées et 1,7 millions d’abonnées ont vu leur compte servir à écouter plus de 200 fois ces deux albums en 24 H 00. Ces chiffres falsifiés auraient permis à ces artistes de recevoir de confortables royalties et cela aux dépens d’autres artistes. Ces révélations ont fortement agacé Billboard, la structure qui s’occupe des certifications et des chiffres de vente aux Etats-Unis. Cette dernière envisagerait fortement de ne plus tenir compte des chiffres fournis par Tidal.

De son côté, Tidal a réagi via son avocat. La plateforme dément toute manipulation. Elle affirme que les données publiées ont été volées et que les assertions du quotidien norvégien sont erronées. Elle évoque une campagne de dénigrement à son encontre.