Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Artistes

Rohff se confie sur son expérience en prison et sur le « quartier VIP » (vidéo)

11 mars 2020 à 10h40 Par A.L.
Rohff parle de son expérience carcérale.
Crédit photo : Capture d'écran YouTube

Incarcéré pour des violences commises dans une boutique de Booba, puis mis en liberté conditionnelle le 22 novembre dernier, Rohff est aujourd'hui un homme libre : son bracelet électronique a été retiré le 24 février dernier. Alors que tout cela est donc définitivement derrière lui, le rappeur vient de se confier sur son passage en prison.

Le 5 juin dernier, la cour d’appel de Paris confirmait le jugement rendu en premier instance en octobre 2017 et condamnait Rohff à cinq ans de prison ferme pour les violences commises en 2014 dans la boutique de Booba, dans le 1er arrondissement de Paris. La cour avait alors immédiatement ordonné son placement en détention. À l'issue de l’audience, Rohff était reparti menotté entre deux gendarmes. Il avait alors passé deux mois en prison puis avait ensuite été soumis à une obligation de port d’un bracelet électronique en attendant son jugement définitif. Mais aujourd'hui, Rohff va de l'avant et laisse cet épisode derrière lui. En effet, le rappeur est officiellement libre depuis le 24 février dernier : son bracelet électronique a été retiré. Quoiqu'il en soit, la prison lui a laissé des souvenirs amers...

"Assumer l'ennui"

Plusieurs mois après sa sortie de prison, Rohff a décidé de sortir du silence et de se confier sur son incarcération à la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis dans un post publié sur Instagram. Il révèle notamment avoir refusé d'être placé dans le quartier isolé, surnommé le quartier VIP, dédié aux célébrités. En effet, selon lui, si "Fleury est la prison européenne la plus sécurisée", le régime de l'isolement a voulu lui être imposé "pour assurer sa protection". Néanmoins, Rohff affirme qu'il a dit non car "d'une c'est l'ennui et de deux, qui porte ses couilles assume la détention normale". "Le contact humain est très restreint dans le quartier VIP, il faut vraiment être fragile et peureux pour y aller. Seuls les détenus particulièrement surveillés sont privés de ce choix. J'ai préféré être avec 150 détenus en promenade et tout s'est passé dans le respect. J'ai vu beaucoup de bagarres et parfois, j'ai même dû séparer. Je n'ai pas fait la star c'est d'égal à égal comme dehors...", a confié le rappeur. "Force et courage à tous ceux qui étaient avec moi ainsi qu'à tous les détenus de france exceptés les pointeurs (...) J'ai une forte pensée pour mon reuf Meda et la famille Doumbia qui ont perdu leur frère Mohamed Allah y rahmo. Mes condoléances", a-t-il conclu.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par EL PADRE 269 🇰🇲 (@surnaturelbyrohff) le

Pour rappel, Rohff vient de signer son grand retour avec la sortie du clip de sa collaboration avec le groupe Guirri Mafia sur le titre 9 + 4 = 13 qui comptabilise déjà plus de 590.000 vues.