Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Artistes

R. Kelly a fait d’une fille de 14 ans son « animal de compagnie »

29 mars 2018 à 13h55 Par Aurélie AMCN
Crédit photo : R. Kelly

De nouvelles accusations très graves viennent ternir un peu plus l’image de R. Kelly, déjà accusé d’avoir séquestré plusieurs jeunes femmes. Aujourd’hui, on apprend qu’il s’en est pris à une mineure. On vous dit tout.

R. Kelly fait face à de nouvelles accusations. Dans le documentaire R. Kelly : Sex, Girls and Videotapes diffusé par la chaîne britannique BBC3, une jeune femme vient de révéler de nouveaux détails sordides concernant les pratiques sexuelles du chanteur de r’n’b, déjà accusé d’avoir séquestré plusieurs jeunes femmes dans un manoir pendant de longues années. Kitty Jones, aujourd’hui âgée de 34 ans, explique d’abord avoir été abusée plus d’une dizaine de fois dans ce qu’elle décrit comme étant « un temple sexuel ». 

Face à la caméra, la jeune femme explique ensuite avoir un jour croisé une jeune fille de 14 ans à qui R. Kelly, de son vrai nom Robert Sylvester Kelly, imposait des rapports sexuels. « On m’a présenté une des filles. Il m’a dit qu’il l’avait ‘’entraînée’’ depuis qu’elle avait 14 ans. Ce sont ses propres mots. J’ai vu qu’elle était habillée comme moi, elle lui disait les mêmes choses que moi, et dans sa gestuelle, elle faisait exactement comme moi. C’est alors que je me suis rendue compte qu’il m’avait moi aussi dressé pour devenir son animal de compagnie. C’est comme ça qu’il les appelait : ses animaux de compagnie », déclare la jeune femme ayant été sous l’emprise de l’artiste de 51 ans entre 2011 et 2013.

Elle se souvient également avoir été forcée à avoir une relation sexuelle avec cette adolescente qui rampait au sol. « Elle est venue entre mes jambes et il disait ‘’c’est mon petit toutou. Je l’ai bien dressé. Elle va désormais t’apprendre comment il faut s’occuper de moi’’ », poursuit-elle, sans révéler son propre âge à cette époque-là. Un récit glaçant et des accusations auxquels n’a pas encore réagi le principal concerné qui, depuis les premières plaintes, se contente de nier les faits.