Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info générale

Pourquoi Blanche Gardin a refusé d’être nommée à l’ordre des Arts et des Lettres

05 avril 2019 à 11h15 Par MT
Crédit photo : Capture écran Youtube

L’humoriste Blanche Gardin est connue pour son franc-parler. Engagée auprès de l’Abbé-Pierre et de l’association "Les Enfants du Canal", elle vient de refuser d’être nommée à l’ordre des Arts et des Lettres.

L’ordre des Arts et des Lettres est une décoration honorifique qui récompense les personnes s’étant distinguées dans le domaine   artistique et littéraire. Et il faut dire que l’humoriste Blanche Gardin n’a cessé ses derniers mois de faire parler d’elle. En mai 2018 par exemple, lors de la Nuit des Molières, elle s’est remise à elle-même le prix de l’humour dans un discours qui a marqué.

De plus, Netflix a choisi d’offrir son spectacle Je parle toute seule au catalogue de ses abonnés depuis la fin 2018. Mais Blanche Gardin, c’est une femme à l’humour aussi acéré que son cœur est grand. Elle est engagée auprès de l’Abbé-Pierre et de l’association Les Enfants du Canal pour venir en aide aux personnes en grande exclusion. Ainsi le 31 mars dernier, elle a achevé sa tournée par une date exceptionnelle au Zénith de Paris-La Villette. Tous les bénéfices des places ont été reversés aux deux associations pour financer des projets notamment en faveur de l’accès aux logements.

Lorsque Blanche Gardin a reçu sa nomination à l’ordre des Arts et des Lettres, elle s’est dite « flattée » selon ses propres mots », mais a refusé de l’accepter. «  Je ne pourrai accepter une récompense que sous un gouvernement qui tient ses promesses et qui met tout en oeuvre pour sortir les personnes sans domicile de la rue », c’est ce qu’elle a déclaré dans une lettre destinée au Président de la République publiée sur Facebook.

De son côté le gouvernement a réagi par la voix de Julien Denormandie, le ministre du logement."Quand j’ai été nommé, le dispositif de l’hébergement d’urgence, c’était à peu près 130.000 places, c’était déjà beaucoup. Depuis lors, on l’a augmenté considérablement, c’est aujourd’hui 145 000 places. Jamais aucun gouvernement n’avait fait autant." Pour autant, selon les derniers chiffres de la Nuit de la Solidarité, 3641 sans-abris vivent encore dans la rue dans la capitale.