Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info générale

Le street artist Hogre détourne les panneaux publicitaires

31 octobre 2017 à 12h42 Par Clément Gwizdz
Crédit photo : https://pixabay.com

Cet artiste italien Hogre fait parler de lui depuis quelques semaines. La raison : il détourne les panneaux publicitaires de Londres.
L'objectif est de dénoncer la dictature de la communication et le culte de la consommation.

Si vous vous êtes rendu à Londres ces derniers jours, vous avez pu apercevoir des panneaux publicitaires originaux. Les œuvres de Hogre ont envahi la ville anglaise. Il a pris possession des espaces publicitaires pour y coller sa version satirique des publicités actuelles. Il nous a concocté un cocktail d’humour, d’art et d’insolence. Tout un programme agréable à admirer !

                              

De loin, on pense apercevoir une publicité habituelle vantant la qualité des sous-vêtements Intimissimi ou encore le dernier burger à la mode chez McDonald’s. Si on s’arrête longuement devant les panneaux, on est en face d’une œuvre d’Hogre. Il a détourné de nombreuses pubs : la compagnie aérienne Emirates, les fausses promesses des banques ou encore Coca Cola.

                               

Alors quel est l’objectif de ces œuvres ? Hogre essaye de reproduire des publicités de manière satirique pour en dénoncer le message et les abus. Il veut dénoncer la dictature de la communication et le culte de la consommation. Selon lui, la publicité n’offre qu’un seul style de vie à la population. La plupart du temps, ces œuvres sont temporaires. Les forces de l’ordre reprennent vite le contrôle sur les affiches détournées par le street artist. Si vous en voyez une, n’hésitez pas à la photographier !

                           

                                  

Ce n’est pas le seul street-artist à détourner des mobiliers urbains. Du côté de Lyon, Emenem s’est attaqué aux trottoirs lyonnais. Cet artiste répare les trous des trottoirs pour les transformer en art urbain. Il a même donné un nom à cette pratique : le flacking. Vous avez peut-être déjà aperçu ses œuvres puisqu’il lui arrive d’officier dans de nombreuses villes comme Turin, Madrid ou encore Paris.