Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Rédaction

Le stealthing, une pratique très inquiétante !

10 mai 2017 à 18h08 Par Rédaction

Venue des États-Unis, la pratique du stealthing commence à faire parler d'elle en France. Sur les réseaux sociaux, on peut déjà lire des témoignages effrayants. Légalement, cette pratique serait assimilable à un viol.

Par Maud Tambellini

En quoi consiste le stealthing ?

Le stealthing consiste à retirer son préservatif pendant un rapport sexuel, sans prévenir son ou sa partenaire. La pratique a été mise au jour récemment aux États-Unis, dans un article du Columbia Journal of Gender and Law. L’auteure, Alexandra Brodsky y affirme que la pratique du stealthing est devenue répandue parmi les jeunes américains, particulièrement sur les campus universitaires.

Quels sont les recours contre le stealthing ?

Si aux États-Unis on ne sait pas encore comment gérer et qualifier le problème, en France il n'y a pas d’ambiguïté. Au regard de la loi, il s’agit d’un viol. En effet, tout repose sur la question du consentement. Si le rapport sexuel en lui même est consenti par les partenaires, le fait d’enlever le préservatif pendant l'acte remet tout en question, puisqu’il se fait sans l'accord de l'autre.

Néanmoins peu de victimes de stealthing n’osent porter plainte. Certaines ont même du mal à admettre la pratique comme un viol. Comme le montre ce témoignage.

Quel intérêt de pratiquer le stealthing ?

Alors que le rapport sexuel est consenti au départ, et qu’au moment où on enlève le préservatif, les risques de maladies et de grossesse refont surface, on peut se demander quel est l'intérêt de pratiquer le stealthing.

Sur le web, plusieurs témoignages de jeunes américains qui le font, fleurissent sur la toile. Leurs explications paraissent quelque peu effrayantes. S’ils assument les éventuelles conséquences de leur acte, ils parlent d’un rush incroyable ou encore du droit à répandre sa semence. Sans parler des conseils donnés pour que votre partenaire ne se rende compte de rien…

Pour le moment, si aucun procès lié au stealthing n’a eu lieu en France, en Suisse un homme a été condamné en janvier à douze mois de prison avec sursis, pour avoir retiré son préservatif durant le rapport.