Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

La Fury Room : un endroit pour tout casser

19 octobre 2017 à 12h00 Par Bertrand Loppin
Crédit photo : www.furyroom.fr

Parfois, il y a des jours où vous avez envie de tout défoncer… Désormais, il existe un endroit pour ça ! La première Fury Room vient d’ouvrir ses portes à Paris.

C’est une première. Depuis le 21 septembre, une Fury Room a ouvert dans la capitale. L’endroit se trouve rue Blondel dans le 10eme arrondissement de Paris. Le concept de ce lieu est simple. Il consiste à mettre à votre disposition une salle dans laquelle vous pourrez joyeusement mettre en pièce tout un tas d’objets à l’aide d’instruments appropriés. Objectif de l’opération : vous permettre de décompresser et de vous vider la tête. Notre quotidien est stressant. Nos nerfs sont mis à rude épreuve. Ce défouloir se veut avant tout ludique. Il est destiné à vous permettre de repartir regonflés pour affronter la trépidante vie parisienne.

A l’origine, le concept est né au Japon. Puis il a fait une percée aux Etats-Unis et au Canada sous l’appellation « Rage Room » ou « Anger Room » («salle de colère»). Il a franchi l’Atlantique et s’est invité ensuite en Europe, en Grèce, en Serbie et désormais en France. Aujourd’hui, les responsables de la Fury Room installée à Paris espèrent développer leurs activités dans toute la France.

Pour ceux qui recherchent une activité plus calme, il est aussi possible de prendre de la hauteur et d’aller tester à partir du 20 octobre, la piste de roller installée en haut de la Tour Montparnasse. Pour les autres qui voudraient tester, différentes formules sont proposées avec, à chaque fois, une durée et un programme différent. Les tarifs des différents packs oscillent de 10 à 100 euros.

Ainsi, par exemple, pour 40€, durant vingt minutes, vous pourrez briser en mille morceaux un écran, une imprimante, 30 bouteilles (vides), 6 verres, 2 briques et un petit meuble. Les appareils électroniques qui sont voués à la casse, ont été récupérés dans des boutiques informatiques. Les bouteilles sont données par les brasseries. Le mobilier, lui, est trouvé dans la rue, à côté des poubelles, jetées par des habitants. Seule la vaisselle est achetée dans des magasins.

Avant de commencer, vous serez brieffer sur les consignes de sécurité à suivre. Ensuite, vous serez équipés de la tête aux pieds pour ne pas vous blesser pendant votre séance : Casque, lunettes, coques de protection. Vous devrez enfin choisir vos instruments de destruction : pied de biche, batte de base ball, marteau, masse…

Ce genre de lieu n’est-il pas une incitation à la violence et à la destruction de bien de manière totalement irresponsable ? Chez Fury Room, on tient à mettre les choses au point. Cette activité est un défouloir. Elle ne légitime aucunement la violence. C’est simplement une sorte d’exutoire. Mieux, les responsables estiment que ce nouveau loisir apporte de la sérénité. Les gens repartent étrangement calmes et souriants…