Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Artistes

« Je ne parle pas comme une gogole » : Aya Nakamura ne veut plus expliquer ses paroles !

08 février 2019 à 10h00 Par Aurélie AMCN
Crédit photo : Aya Nakamura

Aya Nakamura en a marre de devoir expliquer les textes de ses chansons. Elle estime ne pas être « une gogole ».

Djadjacatchanapookie, vrai djo, y'a R Les textes d’Aya Nakamura regorgent de mots inconnus du grand public. Alors souvent, lorsque la jeune chanteuse de 23 ans est invitée sur les plateaux de télévision ou interviewée par la presse écrite, elle se doit d’expliquer les paroles de ses chansons. Certains ont ainsi découvert qu’un "Djadja" est une sorte de menteur, un beau-parleur ou encore que "catchana" est une position sexuelle. Mais ce week-end, l’interprète de Comportement s’est rendue dans l’émission Clique Dimanche de Mouloud Achour. Ce dernier lui a encore demandé de livrer une définition aux mots employés dans ses tubes. Aya Nakamura s’est montrée un peu gênée et agacée : « Je l’ai déjà dit ! Pourquoi il faut que je le redise ? » (vidéo ci-dessous). 

Dans les colonnes du journal Libération, qui lui a consacré un portrait, Aya Nakamura, dont le vrai nom est Aya Dianoko, a donc tenu à remettre les points sur les "i". Et pour cause, depuis son explosion dans l’industrie musicale, de nombreuses personnes estiment que son niveau de français est limité ou lui reprochent son inintelligibilité. « Je ne parle pas comme une gogole pourtant. Y’a des rappeurs, ils inventent bien pire. Ce qui étonne, c’est le fait que je sois une fille ! », se défend-elle. Plus loin, elle ajoute même : « Quand une femme donne son avis, on ne l’écoute pas. Quand l’homme parle, on se dit qu’il a raison, même quand son idée est débile ».

Lors de son entretien avec nos confrères, Aya Nakamura décrit aussi sa technique pour écrire ses chansons. En grande adepte du « toplining », une technique qui consiste à trouver des mélodies en improvisant devant un micro, elle reconnaît cependant ne pas être « tout à fait pro » pour savoir comment et si les mots vont bien se marier ensemble. « Ça dépend de ce que tu kiffes. C’est au feeling. Je ne sais jamais à l’avance », assure-t-elle. Quoiqu’il en soit, elle réussit toujours son coup. L’album Nakamura est disque de platine. De plus, Aya Nakamura, qui cartonne aussi à l’étranger, est nommée dans deux catégories aux prochaines Victoires de la musique : Album de musiques urbaines et Chanson originale de l’année avec Djadja.