Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info générale

Harcèlement de rue : quelles sanctions ?

20 décembre 2017 à 10h15 Par Bertrand Loppin
Crédit photo : Pixabay

Nouvelle infraction, amende, stage de sensibilisation et campagne de prévention sont les premières pistes envisagées par le groupe de travail parlementaire chargé du sujet. Ce dernier devrait rendre ses conclusions dans les prochains jours.

Il y a quelques semaines, la secrétaire d'Etat à l'Egalité entre les femmes et les hommes Marlène Shiappa annonçait vouloir pénaliser le harcèlement de rue. Si cette annonce a été accueillie positivement par plusieurs associations féministes, certaines sont restées septiques. Comment punir ce phénomène qui recouvre des actes très variés et très difficiles à prouver ?

Plusieurs parlementaires ont planché sur la question. Leurs travaux s’orientent vers la création d’une nouvelle infraction "d'outrage sexiste et sexuel"». Le harcèlement de rue visant les personnes en raison de leur orientation sexuelle devrait également être englobé dans la définition. Cette infraction serait sanctionnée par une amende d’un montant de 200 de 250 euros. Les parlementaires évoquent aussi la possibilité de création d’un stage de sensibilisation à l’égalité femme-homme, qui pourrait être demandé par un juge.

Enfin, la lutte contre le harcèlement de rue passe aussi par de la prévention et l’information. Si la sanction ne fait pas tout, l’information sur l’existence de la sanction peut faire beaucoup. Ainsi, il est envisagé qu’un message audio puisse passer régulièrement dans le métro et dans les transports, un message du type : « Attention : l’outrage sexiste est une infraction. Signalez-nous tout comportement offensant ou intimidant.». Autre idée : une attestation scolaire de prévention des violences pourrait sanctionner une formation passée par les élèves, sur le modèle de l’attestation de sécurité routière. Pour lui donner une valeur incontournable, elle serait nécessaire pour être convoqué à la Journée défense et citoyenneté. Le groupe de travail devrait rendre au gouvernement l’ensemble de ses conclusions définitives dans les prochains jours.