Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info locale

Grève : la contestation des usagers s’organise

19 avril 2018 à 10h49 Par Mikaël Livret
Crédit photo : Flickr

À la SNCF la grève se poursuit ce jeudi avec 2 trains sur 5 en moyenne en banlieue. Et pour cette huitième journée de grève au mois d’avril, le ras le bol des usagers commence à se faire sentir. Une pétition en ligne réclame le remboursement intégral des abonnements.

Difficile à supporter. Entre résignation et colère, l’état d’esprit des usagers des transports franciliens est fluctuant selon les difficultés auxquelles ils ont été confrontés ces dernières semaines.

Christian Broucaret, porte-parole de la Fédération nationale des associations d’usagers des transports (Fnaut) : « Les gens ont de plus en plus de mal à supporter la grève. Les deux premiers jours, on s’arrange, mais les jours de RTT et de congés ne sont pas extensibles, et le télétravail n’est pas possible pour tout le monde », souligne-il dans les colonnes du Monde. « Les gens comprennent de moins en moins la grève et ils se tournent vers d’autres moyens de transport », ajoute-t-il.

Un collectif d’une trentaine d’associations d’usagers et de collectifs a décidé de durcir le ton et réclame maintenant le remboursement intégral des abonnements SNCF. La pétition a collecté un peu près de 50.000 signatures ce jeudi matin.

Le collectif se dit prêt à peser dans les débats

Parmi les associations mobilisées, Vignette respect qui défend les usagers des transports en commun et de la route en Ile-de-France. « La SNCF fait une “grève perlée”. Mais pour nous, la désorganisation est continue depuis le début du mouvement, le 2 avril. On demande donc le remboursement total depuis cette date », explique Antoine Pavamani, le président de l’association dans le Monde.

Ravi de voir une vraie mobilisation des usagers depuis quelques jours surtout en Ile-de-France, le collectif se dit prêt à peser dans les débats. Un accord de principe pour des discussions avec Ile-de-France Mobilités (ex-STIF), la direction du réseau Transilien et le ministère des transports aurait été acté.