Booba contre Kaaris : l'énorme somme qu'aurait rapporté leur combat s'il n'avait pas été annulé

SWIGG
Les meilleurs ennemis.
Crédit: Booba / Kaaris

28 juin 2021 à 11h31 par A.L.

Si le combat entre Booba et Kaaris avait bel et bien eu lieu, il aurait été très (très) rentable. On vous dit tout !

Booba & Kaaris, Kaaris & Booba : une histoire sans fin. Tout débuta le 1er août 2018, lorsque les deux rappeurs se sont croisés dans un hall de l’aéroport d’Orly. Cette rencontre mémorable s'est terminée par une bagarre qui leur a coûté un bref séjour en prison, puis une peine de 18 mois avec sursis et 50.000 € d’amende.

Booba et Kaaris décidaient ensuite d'en découdre à nouveau en organisant un combat de MMA (Arts Martiaux Mixtes, ndlr). "Je suis sûr qu'on peut remplir Bercy les doigts dans le nez", avait alors écrit Booba sur Instagram. "Moi, je vais t'enc**** ta r*** sur le ring, ça ne va pas aller plus loin", avait répliqué son adversaire Kaaris. Si ce combat n'est pas autorisé en France, le choc des rappeurs musclés avait finalement été annoncé à Bâle, en Suisse, avant d'être annulé quelques semaines plus tard car la ville avait annoncé "qu'elle ne délivrait pas d’autorisation pour cet évènement car le sport n’était pas au premier plan"

Par la suite, après avoir été délocalisé à Genève, le combat entre les deux artistes fut finalement annulé par Kaaris lui-même, n'hésitant pas à "mettre fin à cette mascarade". Bien que le Duc de Boulogne ait rappelé à son adversaire que s'il rompait unilatéralement ce contrat, il s'exposait au paiement de lourdes pénalités financières, des pénalités dont le montant varie de 200.000 à 400.000 euros, Kaaris n'a jamais lâché le morceau. 

Un combat lucratif

Tandis que Raid Salah, le président promoteur de Strenght and Honor Championship (SHC), avait à l'époque déclaré que les bénéfices des recettes du combat étaient répartis à 33% pour chacun des signataires (Booba, Kaaris et le promoteur, ndlr) , et ce, quelle que soit l’issue du combat, l'homme en dit aujourd'hui davantage sur les aspects financiers de cette rencontre.

"Produits dérivés, droits TV, droits d’images, entrées, le Pay-Per-View, les sponsors : toutAu minimum, pour moi, on aurait été entre 10 et 12 millions", a ainsi confié Raid Salah à propos de ce combat avorté. Une somme colossale !