Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Info générale

À quoi ressemblera le nouveau baccalauréat ?

30 novembre 2017 à 11h00 Par Bertrand Loppin
Crédit photo : Wikipedia

En 2021, les lycéens passeront une version réformée du baccalauréat. Contrôle continu, quatre épreuves en fin d'année dont deux universelles, un grand oral… On en sait plus sur cette nouvelle formule de l’examen.

Emmanuel Macron l’a annoncé : il y aura une nouvelle version du baccalauréat en 2021. Le chef de l’État avait ainsi déclaré qu’il souhaitait un examen composé de quatre épreuves finales avec une part importante de contrôle continu durant toute l’année de terminale. Objectif : avoir un examen plus simple et moins cher à organiser. Aujourd’hui, on en sait un peu plus. Les contours de ce nouveau bac se dessinent peu à peu.

Avec la suppression des filières scientifique, littéraire et économique et sociale, la nouvelle formule de l'examen se rapprocherait de la version anglo-saxonne du baccalauréat, avec un système de matières majeures et de matières mineures. Ce nouveau baccalauréat comprendrait deux épreuves universelles validées en fin d'année scolaire au mois de juin. Il s'agirait de la philosophie et d'un grand oral inter disciplines, calqué sur le modèle du colloquio italien.

Deux autres épreuves de spécialités seraient quant à elles organisées un peu plus tôt, autour des vacances de Pâques. Ces épreuves de spécialités pourraient concerner les matières suivantes : maths, physique, histoire-géographie, langues, économie. Elles seraient choisies par le futur candidat au bac en fonction de son souhait d’orientation dans l’enseignement supérieur.

Pour les autres matières ou les matières de spécialités non choisies, elles seraient validées par le contrôle continu. Ce contrôle continu se déroulerait de la manière suivante : Des partiels semestriels du même type que ceux organisés à l'université pourraient voir le jour. Les copies seraient anonymes et les correcteurs viendraient d'autres établissements. 

Si ces grandes lignes sont définitivement retenues, elles permettraient de réorganiser complètement le déroulement des épreuves du bac. Les épreuves ne seraient plus concentrées majoritairement sur juin. Cela permettrait de récupérer quelques semaines de cours. De plus, avec la mise en place de Parcoursup, le nouveau dispositif pour s’inscrire dans l’enseignement supérieur, ce nouveau bac permettrait aux écoles et universités d'obtenir les résultats des lycéens plus tôt et de pouvoir leur répondre entre mai et juin comme le prévoit le projet de lois qui sera prochainement examiné par l’assemblée nationale.

Pour le moment, Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’éducation nationale, poursuit la concertation engagée sur le nouveau bac depuis mi novembre. Cette concertation réunit tous les acteurs concernés par ce sujet. Les premiers résultats sont attendus pour début 2018.