Commerçants, artisans, entrepreneurs locaux, communiquez local -> en savoir plus
Artistes

50 Cent : un policier new-yorkais soupçonné d’avoir ordonné son exécution (Photo)

18 février 2019 à 10h00 Par Aurélie AMCN
Crédit photo : 50 Cent

Un policier aurait ordonné l’assassinat de 50 Cent. Le rappeur a répliqué sur ses réseaux sociaux. Récit.

50 Cent est un homme à abattre. Enfin, c’est ce qu’a visiblement décrété l’officier de police Emanuel Gonzales. D’après les informations exclusives du New-York Daily News, l’homme alors à la tête du 72ème District de la police de Sunset Park (Brooklyn), a expressément ordonné à ses collègues de « tirer à vue sur [50 Cent] ». D’après nos confrères, les faits remontent au mois de juin 2018 lorsque le rappeur de 43 ans était attendu à un match de boxe organisé par la New-York Police Departement (NYDP) dans le quartier du Bronx. 

UN POLICIER VEUT SE VENGER DE 50 CENT !

Ces menaces sont aujourd’hui prises très au sérieux par les autorités américaines puisque le Bureau d’Enquêtes Internes de la police de la ville vient de se saisir de l’affaire et une enquête vient d’être lancée. Ainsi, d’après les premiers éléments, nous apprenons que l’officier Emanuel Gonzales a des antécédents avec l’interprète du tube Candy Shop. Un mois avant la tenue du combat de boxe, l’agent de police a déposé une plainte contre 50 Cent pour harcèlement aggravé, accusant notamment ce dernier de l’avoir menacé sur Instagram. De son côté, l’artiste affirmait que le policier l’avait « secoué » pendant une arrestation. 

50 CENT RÉPLIQUE SUR INSTAGRAM

Le représentant de 50 Cent (de son vrai nom Curtis James Jackson) a déclaré à TMZ : « Monsieur Jackson prend cette menace très au sérieux et consulte ses avocats pour connaître ses options juridiques. Il craint de ne pas avoir été informé de cette menace par la police de New-York et encore plus du fait que ce Gonzalez continue à porter un badge et une arme à feu ». D’ailleurs, sur son compte Instagram, Fifty a publié une photo du policier en question avant d’ajouter la légende suivante : « Il s’agit d’Emanuel Gonzalez, officier en chef du 72ème District. Il pense avoir un problème avec moi alors il envoie ses collègues faire le sale travail ».