Une menace d’interdiction plane sur le kebab

Wikimedia Commons
07 décembre 2017
Par Bertrand Loppin
La commercialisation des kebabs pourrait être interdite en Europe. Dans la ligne de mire du parlement européen, la présence d’additifs phosphatés dans la viande.

Du pain, de la viande grillée, de la sauce blanche et le traditionnel combo salade tomates oignons... Le kebab est devenu culte. Ce sandwich connaît un succès ininterrompu depuis plusieurs années. Mais voilà, la présence d’additifs phosphatés dans la viande de kebab pourrait bien menacer son avenir en Europe.

En effet, selon une étude scientifique datant de 2012, si ces additifs aident à conserver la saveur et la fraîcheur de la viande, ils pourraient aussi être responsables de l’augmentation des risques cardiovasculaires. Une autre étude, publiée en 2013, pointe le lien entre l’augmentation de la mortalité aux États-Unis et les régimes alimentaires riches en phosphore contenu dans ces additifs.

Actuellement, les additifs phosphatés sont déjà interdits en Europe dans les viandes transformées. Toutefois, des exceptions existent. Ainsi, les viandes surgelées ne sont pas concernées. C’est justement grâce à cette exception que les commerçants de kebab ont pu poursuivre leurs activités sans inquiétude. Or, il y a quelques jours, la commission de la santé du Parlement européen s’est prononcée pour l’interdiction de ce dérivé du phosphore dans la viande de kebab.

Le parlement européen doit rendre son verdict sur la question, le 11 décembre prochain. Si l’interdiction est effectivement prononcée, s’en est terminé du kebab dans toute l’Union Européenne. Outre cette perte culinaire irréparable, des milliers d’emplois pourraient aussi être menacés. 200 000 personnes sont employées dans le secteur de la production de kebab dans toute l'Union.