Alcool et drogues au volant : Les 18–24 ans dans le rouge…

13 juillet 2017
Par Bertrand Loppin
Celui qui conduit, c’est celui qui ne boit pas. Le slogan raisonne dans toutes les têtes mais il est encore ignoré par beaucoup. Une étude démontre que le concept du capitaine de soirée est loin d’être entré dans les mœurs alors que que la consommation d’alcool et de drogue se porte bien.

Festivals, sortie en boite, soirées sur la plage ou chez des potes, l’été et les vacances sont l’occasion de faire la fête et de s’amuser un peu. Mais voilà, encore faut il ne pas mettre sa vie en danger. Alors que le permis de conduire semble de plus en plus boudé par les jeunes, les résultats d’une étude qui vient d’être réalisée par la Maaf et Vigicarotte ne sont pas très rassurants.

Tout d’abord cette étude nous apprend que les 18- 24 ans peuvent être de gros consommateurs d’alcool et de drogues. Ainsi, 29% des 18-24 ans boivent plusieurs fois par semaine ou tous les jours de l'alcool. 47% des jeunes consomment du cannabis au moins une fois dans l'année. 8% fument plusieurs fois dans la semaine et un peu plus d’1 jeune sur 10 fume tous les jours. 23% ont essayé au moins une fois une drogue de type cocaïne, LSD, MDMA.... 2% en font une consommation régulière.

Ensuite, cette enquête apporte une révélation choc : 40% des jeunes interrogées avouent avoir déjà pris le volant après avoir consommé de l’alcool ou de la drogue. Cet aveu n’est pas sans conséquence quand on sait que les accidents de la route sont la première cause de mortalité chez les 18-24 ans et que 24% des jeunes impliqués dans un accident de la route étaient alcoolisés. Ce qui est encore plus impressionnant, c'est que les 18-24 ans n'ont pas toujours conscience des risques d'accident, que ce soit la perte de concentration, de vigilance ou la mauvaise appréciation des distances, des effets provoqués par la consommation de ces produits.

Enfin, Certaines mauvaises habitudes ont la vie dure. Seulement un jeune sur deux adopte le principe du conducteur désigné. Ce résultat apparait plus que décevant et voir même inquiétant alors que la campagne « Sam c’est celui qui ne boit pas » est déclinée maintenant depuis plusieurs d’années.

Malgré tout, cette étude contient tout de même quelques bonnes nouvelles. 62% disent toujours non à un ami qui a trop bu ou qui a fumé du cannabis et qui veut les ramener. Seul 8 % déclarent qu’il est impossible de refuser. De plus, 53 % des jeunes ne boivent pas ou se limitent à un verre s'ils doivent conduire.